S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Christine ABAD   
18-03-2008

Quel projet de santé mentale ?

dessin psychiatrie santé mentaleLa psychiatrie et la santé mentale ont été sur le devant de la scène médiatique, souvent à la suite d’événements dramatiques, conduisant les responsables politiques à proposer des mesures.
Où en sommes nous aujourd’hui ? Quelles sont les propositions qui semblent émerger et qu’il nous faut suivre avec attention. 

Le plan santé mentale

En 2005 M. DOUSTE-BLAZY lançait le plan santé mentale pour (2005-2008), avec un financement promis d’un milliard d’euros. Ce plan se voulait ambitieux avec plusieurs volets. Il devait permettre de renforcer la sécurité des hôpitaux psychiatriques.
Pour ceux qui souhaitaient le faire, cela a t-il été possible ?
Et lorsque l’on a mis en place des barrières, des caméras, des badges d’accès, des agents de sécurité, à l’intérieur des unités des soins, le personnel a t-il la possibilité d’assurer la sécurité des patients et la sienne ?
Avons-nous pu améliorer les conditions de travail, les conditions d’hospitalisation et de suivi ambulatoire ?

Le tutorat est un autre point du plan santé mentale. Il doit favoriser la transmission des savoirs par la mise en place d’un accompagnement des nouveaux arrivants. Le déploiement de ce dispositif est disparate car il faut former des tuteurs volontaires ayant plus de 5 ans d’ancienneté.
Quelles solutions avons-nous pour réaliser ce tutorat ? Recruter des infirmiers, pour compenser les heures de tutorat comme cela est prévu dans le plan, mais face à la pénurie d’infirmiers, le pourrons-nous, ou ce tutorat sera t-il réalisé en heures supplémentaires ?
La création d’unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA) dans certains hôpitaux pour soigner les détenus est en cours.
Le volet prévention a été peu développé.
Nous étions réservés sur les mesures annoncées par ce plan, car nos espoirs ont souvent été déçus. Que va t-il rester de ce plan ?

Soins et délinquance

M. SARKOZY, à l’époque ministre de l’intérieur avait retiré, sous la pression des professionnels et des usagers, les articles intégrant des modifications sur les hospitalisations d’office dans la loi sur la prévention de la délinquance, laissant entendre qu’une fois élu président de la république, il reviendrait sur cette décision.

Le dépistage chez les enfants de 3 ans

L’engagement des professionnels, des familles, des associations, des collectifs a remis en cause le travail de recherche de l’INSERM.
Mais, d’autres organismes tentent de mener des travaux (la MGEN) sur la santé mentale des enfants en diffusant des questionnaires pour le moins inquiétants et sans réelle concertation avec les familles et les professionnels.

Les mesures annoncées

Notre président de la république a avancé une série de propositions lors de sa campagne.

La réduction du nombre de fonctionnaires : cela s’appliquera t-il à la santé où le nombre de soignants déjà insuffisant ne peut plus être réduit ?

Les heures supplémentaires sont déjà une réalité pour certains soignants. Devons-nous travailler plus pour gagner plus ? Gagner plus passe d’abord par une revalorisation de nos salaires.

• La franchise annuelle d’accès aux soins risque d’exclure certaines personnes à bas revenus. Elles reculeront le moment de consulter. En matière de santé mentale cela aura sûrement un impact. Alors que notre dispositif de soins est axé sur l’amont de la crise, sur la prévention, notamment suicidaires, ne risque t-on pas d’augmenter les durées moyennes de séjour du fait de pathologies à un stade plus avancé ?

Le rideau médiatique est tombé, mais derrière quelle politique de soins en santé mentale ? Sera-t’elle orientée vers plus de « répression », faite d’injonctions et de mesures de contraintes pour renormaliser l’individu ou sera-t-elle un juste équilibre entre prévention, soins et post-cure ?

Une certitude, la Coordination Nationale Infirmière (CNI) restera attentive à toute proposition et n’hésitera pas à se positionner et à s’imposer dans le débat.

Christine ABAD, Infirmière
Coordination Nationale Infirmière (CNI) Centre Hospitalier Montperrin

Article paru dans le n° 25 (juin 2007) de la revue de la Coordination Nationale Infirmière (CNI)

Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/