S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Psychiatrie et milieu carcéral

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par A.BRIAND, F. CAPITANT, E. DUMOUILLA   
10-12-2008

carceral1.jpgPsychiatrie et milieu carcéral

La loi de sectorisation psychiatrique de 1985 a créé des secteurs de psychiatrie générale pour les adultes de plus de 16 ans (1 secteur pour 70.000 habitants), des secteurs de psychiatrie infanto-juvénile pour enfants de 0 à 16 ans (1 secteur pour 200.000 habitants) et des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire.

Le Centre Hospitalier Jean Martin Charcot à Plaisir (78), couvre 6 secteurs de psychiatrie générale, 2 secteurs de psychiatrie infanto-juvénile, et 1 secteur de psychiatrie en milieu pénitentiaire qui est le Service Médico-Psychologique Régional à la maison d’arrêt des Yvelines de Bois d’Arcy. La capacité d’accueil de la maison d’arrêt est de 519 places pour une population de 790 détenus à ce jour.

Le SMPR de Bois d’Arcy est placé au cœur de la détention. Il s’agit d’une coursive de cellules aménagées en bureaux, secrétariat, salle de réunion, salle de soins et salle d’attente pour les détenus.
L’équipe est composée de 5 médecins, 4 psychologues, 9 infirmiers, 1 assistante sociale, 3 secrétaires et 3 surveillants pénitentiaires qui assurent la sécurité dans le service.

Les SMPR ont pour missions :

de mettre en œuvre toute action de prévention, de diagnostics et soins médico-psychologiques.

de prodiguer des traitements intensifs aux détenus à l’exception des patients présentant des troubles incompatibles avec leur maintien en détention (article D 398 du code de procédure pénale).

préparer si nécessaire un suivi après l’incarcération en coordination avec les secteurs extérieurs

assurer une mission de lutte contre la toxicomanie et l’alcoolisme.

A la Maison d’Arrêt des Yvelines, le SMPR ne comprend pas de lit, c’est un service de consultations et dispensation médicamenteuse.

Nous avons mis en place certaines spécificités :

  • prise en charge des personnes atteintes de troubles psychiatriques.
  • prise en charge des toxicomanes : mise en place d’un CSST (Centre de Soins Spécialisés aux Toxicomanes).
  • prise en charge des détenus incarcérés pour conduite en état d’alcoolisation.
  • prise en charge des Auteurs d’Agressions Sexuelles.
  • prise en charge des détenus mineurs.

Notre rôle infirmier au SMPR est en premier lieu le dépistage des troubles psychiatriques et des passages à l’acte suicidaires. Un entretien d’accueil infirmier est proposé à tous les détenus arrivant en prison. Cet entretien est pour beaucoup le premier contact avec un soignant de secteur psychiatrique, il est donc primordial à l’instauration d’une relation de confiance.
Nous orientons si besoin le détenu vers un psychiatre, et nous restons durant la prise en charge l’infirmier référent.

Nous assurons ensuite le suivi des patients par des entretiens infirmiers réguliers et organisons le relais des soins vers une structure extérieure et un suivi postpénal si nécessaire.
Nous avons mis en place une distribution quotidienne pour les traitements de substitution tous les matins dans notre salle de soins au SMPR (une file active de 40 patients par jour).
Pour les urgences, nous sommes présents de 8h30 à 18h du lundi au vendredi et le samedi de 8h30 à 12h. A tour de rôle nous organisons les soins quotidiens du soir (une file active de 40 patients par jour). Nous évaluons les patients signalés par l’administration pénitentiaire, le juge, ou l’UCSA (service des soins somatiques) pour divers motifs : crise suicidaire, état de souffrance aigu, etc.…
Pour le week-end, le fonctionnement du service change, le samedi nous sommes ouverts de 8h30 à 12h : un infirmier et un médecin sont présents pour répondre aux urgences et distribuer les traitements de substitution. Le dimanche un infirmier est présent de 8h à 9h pour administrer des traitements de substitution spécifiques (Méthadone).
En dehors des heures d’ouvertures du SMPR les urgences sont gérées par le groupe ERIC (Equipe Rapide d’Intervention de Crise) de l’hôpital de rattachement.

Nous assurons également une distribution bi-hebdomadaire en détention, accompagnés d’un surveillant, nous remettons les traitements aux patients dans leurs cellules (une file active de 250 traitements hebdomadaires).
En plus du fonctionnement de service nous nous inscrivons chacun dans les différentes spécificités du service : 3 infirmiers au CSST, 3 infirmiers pour la prise en charge des agresseurs sexuels, 3 infirmiers pour la prise en charge des conduites en état d’alcoolisation, et 1 infirmier pour les détenus mineurs.

Actuellement nous sommes confrontés à une augmentation importante de détenus ayant de graves troubles psychiatriques nécessitant la plupart du temps une hospitalisation en milieu spécialisé.
L’hôpital psychiatrique n’a plus les moyens de remplir ses missions (le manque cruel de lits, le manque d’infirmiers dans les services, des conditions de sécurité insuffisantes).
L’hospitalisation des détenus est de plus en plus difficile, nous sommes contraints de voir ces personnes malades maintenues en détention.
Ces malades sont obligés d’effectuer leur peine sans pouvoir bénéficier des soins adaptés à leur état clinique. Ces détenus/patients sont souvent placés au quartier disciplinaire suite à des comportements inadaptés liés à leurs troubles psychiatriques.

Aujourd’hui nous devons rester garants de notre éthique soignante en nous préservant des pressions judiciaires afin d’éviter toute collusion entre le soin et la sanction. Nous sommes limités dans nos moyens et démunis pour agir auprès de ces patients en souffrance, pourtant la société nous demande de devenir les garants de l’ordre social…

A. BRIAND, F. CAPITANT, E. DUMOUILLA, Centre hospitalier Jean Martin Charcot - Coordination Nationale Infirmière CNI de Plaisir 

Article paru dans le n° 26 (janvier 2008) de la revue de la Coordination Nationale Infirmière (CNI)

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/