S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

L’infirmier, l'infirmière et la nouvelle loi sur le titre de psychothérapeute

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par R. Meyer   
22-10-2009

L’infirmier(e) entre volontiers dans les formations de psychothérapie, plus ou moins longues, pour enrichir son travail, gérer le stress (bien d’actualité !), donner plus de temps à l’écoute et pratiquer quelques thérapies (courtes). Certains basculent carrément dans l’exercice exclusif de la psychothérapie. Après avoir couru douze heures par jour pendant des dizaines d’années, c’est plus calme et profond, surtout à un certain âge. J’ai formé une cinquantaine d’infirmier(e)s en France qui se révèlent des élèves des plus pertinents grâce à leur expérience clinique et des praticien(ne)s appréciés et performants. Pour eux/elles c’est une évolution professionnelle et humaine profonde.

Jusqu’à présent, on devenait « psychothérapeute » comme les médecins et psychologues. Mais depuis la loi Accoyer (2004) amendée Bachelot (août 2009), ce titre est réservé au master 2 des psychologues et au doctorat des médecins. (Rien n’empêchera d’ailleurs à l’avenir un futur master 2 du côté infirmier qui ouvrirait aussi à ce titre. A organiser et à négocier par les écoles !) En attendant nos bacs+5 jusqu’à bac+12 (psychiatres) doivent faire une formation importante et suivre un enseignement de la psychopathologie de 400 heures, sauf dispenses. Ils pourraient même se voir dotés d’un futur Ordre des psychothérapeutes qui réglementerait les bonnes et moins bonnes méthodes !

L’infirmier(e) se trouve à présent orphelin de titre. Il devient « Nouveau Thérapeute » et cherche une autre dénomination. En effet, le titre de psychothérapeute étant seul en cause, tout continue comme avant. Toute installation en libéral reste légale. Aussi le prétexte de la nouvelle loi, à savoir empêcher les charlatans et sectes de faire de la thérapie, n’est nullement atteint. Et, comme 60 à 70% des professionnels de la psychothérapie ne sont ni médecins ni psychologues, les patients continueront à aller chez le professionnel voisin et/ou de bonne réputation.

Rien ne change donc quant au fond pour l’infirmier(e). Seule la dénomination le fait. Mon école continue à former comme avant et réunit d’ailleurs dans les mêmes promotions les médecins, psychologues et les « ni ni ». Le contenu de la formation est le même et je sais d’expérience qu’un infirmier(e) de quarante ans s’implique bien plus profondément que les jeunes psychologues ou que les médecins oppressés par leurs lourdes responsabilités. Ici, quelque chose change même. C’est que l’absence de cette réglementation redonne toute latitude aux « ni ni » pour une saine créativité !

Mais quel titre choisir ? Il y a celui des méthodes : relaxologue, sophrologue, gestaltthérapeute etc. Il y a des synonymes : praticien en psychothérapie, coach en développement personnel. En fait, c’est un titre générique qui doit surgir, un titre qui désignera une nouvelle profession et qui fera reconnaître cette nouvelle profession, dans 8, 10, 15 ans ? Et au niveau européen.

Il y a plus d’un quart de siècle, j’ai proposé le terme de « somatothérapeute », de somato-, le corps. Ce terme se propage ; il est adopté par des milliers de professionnels en France et en Europe pour préciser l’intégration du corporel à la pratique psy- et socio-. Ses racines grecques le rendent universel. La Fédération Européenne des Psychothérapeutes, Psychanalystes et Psycho-Somatothérapeutes que je préside propose le titre de « Psycho-Somatothérapeute » à savoir d’un psychothérapeute qui intègre le corps. Ce psycho-somatothérapeute répond à des exigences de formation supérieures à celles du psychothérapeute :

  • recrutement à bac+3 (ou équivalences),
  • 1 000 heures de formation expérientielle,
  • 200 heures d’enseignement de la psychopathologie,
  • thérapie personnelle et supervision.

La Fédération titularise et décerne le Certificat Européen de Psycho-somatothérapeute. Cette appellation ne s’arrête pas là. Dans mon école, elle se complète :

Psycho-Somatothérapeute
pratiquant la psychothérapie et l’analyse intégrative
et spécialisé en …. (artthérapie, sexothérapie, psychanalyse etc.)


Je ne présente ici que la nouvelle situation administrative et même politique de cette réglementation. Je ne veux pas entrer dans la richesse de cette profession, dans la belle complémentarité d’avec les soins infirmiers, dans la promotion que constitue la bascule dans un exercice de la psychothérapie. Ceux et celles qui ont cette vocation savent dans leurs tripes et dans leur cœur ce que ça peut représenter comme évolution et réalisation personnelle. Ici je ne voulais qu’expliquer que rien n’est… changé ; que l’infirmier(e) a accès à cette nouvelle profession, avec toute la créativité du « nouveau thérapeute », avec toute la liberté de celui/celle qui ne tombe pas dans les réglementations d’un nouvel ordre professionnel.

R. Meyer
médecin psychiatre
docteur en sciences humaines, écrivain
membre de l'Académie de Médecine de Pologne
Ecole Européenne de Psychothérapie Socio- et Somato-Analytique
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Bibliographie

R. MEYER
- L’intégration des psychothérapies : une œuvre scientifique et anthropologique. Une démarche personnelle – in Annales Médico Psychologiques – Elsevier Masson - Paris – 2009 – p. 450-454

- Que devient la formation à la psychothérapie pour les médecins, psychologues et les … Nouveaux Thérapeutes après la réglementation du titre de psychothérapeute ? – Conférence à la Société Médico Psychologique - Paris 2010

- PSYCH’INTE La démarche psychothérapique et psychanalytique pléni-intégrative
Tome I la créativité des centaines de thérapies, la convergence des six grands courants, l’intégration : méthode et science
Tome II L’intégration des Psychopathologies et de la Clinique
consultable sur www.psych-inte.org

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

 


Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/