S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Les infirmières ont-elles un métier si pénible ?

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par L'expansion   
09-04-2010

Le métier d'infirmière n'est pas pénible puisqu'elles ne sont pas plus invalides et qu'elles ne meurent pas plus tôt que la moyenne des femmes... C'est ce qu'affirme Roselyne Bachelot. Un point de vue que ne partagent pas les personnes concernées. Les témoignages de nos internautes.

Les députés de la majorité ont adopté jeudi 8 avril l'échange proposé par le gouvernement : accorder aux infirmières du public des salaires plus élevés contre une retraite plus tardive. Les personnels infirmiers et paramédicaux devront donc choisir, à partir de juin, entre une meilleure rémunération mais un départ à la retraite à 60 ans, ou le maintien de leur droit à la retraite à partir de 55 ans mais mais une revalorisation salariale beaucoup plus faible. S'ils optent pour la première solution, ils perdent de facto la bonification - un an de cotisation pour dix ans travaillés - qui leur avait été accordée en 2003 par la loi Fillon sur les retraites, comme reconnaissance de la pénibilité de la profession.

Il y a la polémique des chiffres...

Il faut dire que Roselyne Bachelot a balayé d'un revers de chiffres la question de la pénibilité du métier d'infirmière. Selon la ministre de la Santé, l'espérance de vie  des infirmières à 55 ans est dans la moyenne des femmes françaises et  le taux de celles qui partent à la retraite avec une invalidité n'est "que" de 4,7%, contre 6,7% dans la totalité de la fonction publique hospitalière. "Ce sont les chiffres de la vérité", assure-t-elle, alors que les syndicats prétendent qu'une infirmière retraitée sur quatre est en invalidité.

Les chiffres cités par Roselyne Bachelot, publiés dans une annexe au projet de loi en ligne sur le site de l'Assemblée nationale, font référence au pourcentage d'infirmières qui sont mises à la retraite pour invalidité totale. Les syndicats évoquent quant à eux le pourcentage d'infirmières qui partent à la retraite avec une invalidité partielle reconnue.

Ainsi, selon les statistiques de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL), "la concession d'une rente d'invalidité concerne 9,8% des nouvelles pensions hospitalières accordées en 2008". Par ailleurs, toujours selon la CNRACL, l'âge moyen des femmes hospitalières retraitées décédées en 2008 est de 78,8 ans, soit environ 22 ans après leur départ à la retraite. Leur espérance de vie n'est donc pas de 31,6 ans comme l'a affirmé la ministre de la Santé.

... et la réalité du terrain

"Comme beaucoup d'infirmières, je suis choquée par les propos de notre ministre de tutelle qui témoignent d'une totale méconnaissance et d'un mépris de notre profession", déplore Nathalie Depoire, présidente de la Coordination Nationale Infirmière (CNI). "Si François Fillon a accordé la bonification aux infirmières en 1993, c'est que le métier remplit plus de la moitié des critères de pénibilité", rappelle de son côté Philippe  Crepel, responsable de la CGT Santé, qui cite notamment le travail de nuit, les horaires en 3/8, le stress, le contact avec des produits toxiques et des malades et le port de charges lourdes. "Notre ministre oublie de dire qu'une infirmière sur deux dans l'hôpital public arrête d'exercer au bout de cinq ans en raison des conditions de travail", note Thierry Amouroux, président du SNPI.

Selon une enquête réalisée en 2008 par la Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, 51% des infirmiers jugent leur métier très difficile physiquement - ils portent en moyenne 9 charges de patients dépendants par jour -, 32% très difficile psychologiquement. Certes, l'étude porte sur le secteur libéral, mais le métier n'est sûrement plus aisé dans l'hôpital public. Comme en témoignent de nombreux internautes de L'Expansion.com, qui ne sont pas, mais alors pas du tout d'accord avec Roselyne Bachelot.

Ainsi Brijou34 témoigne : "53 ans et infirmière crevée, 32 ans d'exercice la nuit, et à temps plein sur des équipes de 12 heures. Je ne me sens pas d'aller à 60 ans comme soignant, ce sera peut être comme patient. J'invite la grande bouche de Roselyne qui "pense" derrière un bureau à tenir mon rythme de femme, de mère et d'infirmière une semaine et je suis sure qu'elle reverra sa copie". Un autre internaute, Nîme85, prend quant à lui la parole pour son épouse : "10 ans de 3/8 en réa et 20 ans de nuit en ortho par 10h de suite et des séries pouvant aller jusqu'à 4 jours de suite et certaine fois elle rentre avec son panier repas même pas ouvert!" Benamé, elle, choisit plutôt l'ironie : "Je peux dire qu'en temps qu'ancienne infirmière, j'ai trouvé mon métier pénible et difficile. J'ai eu la chance de partir en retraite à 55 ans, claquée et exténuée. Si j'avais 20 ans le job que je choisirai est sans nul doute celui de ministre de la Santé".

L'Expansion.com 8 avril 2010

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?



Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 07-06-2011 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/