S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Retraite : départs massifs en vue pour les mères fonctionnaires

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Les Echos   
27-07-2010

La réforme des retraites vise à allonger la durée du travail, mais l'une des mesures prévues va, paradoxalement, accélérer le nombre de départs dans la fonction publique. Le projet de loi validé la semaine dernière en commission à l'Assemblée nationale met fin à la possibilité de retraite anticipée pour les mères de trois enfants au bout de quinze années de service dans la fonction publique. Si elles veulent bénéficier de ce droit sans être pénalisées par les nouvelles règles de décote, elles doivent faire leur demande de départ en retraite avant le 31 décembre prochain.

« On risque de se retrouver face à des départs massifs », prévient le député UMP Laurent Hénart, rapporteur pour avis du texte à la commission des Finances, qui a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour mieux informer les fonctionnaires et tenter de lisser les départs. Une demande restée sans réponse pour le moment. Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, a répondu que ces départs étaient « absorbables » et que l'information était en train d'être largement diffusée. Il a néanmoins accepté de remettre le sujet sur la table lors du débat en séance publique en septembre.

Un chiffrage difficile

L'impact exact sur le flux de départs est pour le moment difficile à évaluer, car personne n'est en mesure de chiffrer le nombre de femmes qui remplissent les deux conditions actuellement - 3 enfants et quinze ans de service -et qui pourraient décider de liquider leurs droits avant la fin de l'année. On connaît seulement le flux de départs annuel au titre de ces droits (voir graphique).

L'hôpital est le premier secteur concerné, les professions d'infirmiers et d'aides-soignants étant très majoritairement féminines. On commence déjà à s'inquiéter dans les établissements de santé. « On constate une énorme demande d'information », observe-t-on à la Fédération hospitalière de France. « Sur les 1.100 agents du centre hospitalier d'Annonay dont je préside le conseil de surveillance, 85 ont la possibilité de partir, s'émeut Olivier Dussopt, député PS de l'Ardèche. Comment un hôpital pourrait-il faire face à une telle hémorragie de personnel ? »« Environ 5 % du personnel hospitalier pourrait prétendre à liquider ses droits », selon Sylvie Brunol (CGT), qui se base sur les remontées d'informations d'«  une vingtaine de gros établissements ». « Or, les hôpitaux ont déjà des difficultés à recruter des infirmiers actuellement », rappelle Didier Bernus (FO).

Dans l'Education nationale aussi, le nombre de bénéficiaires est difficile à définir. La question reste sans réponse Rue de Grenelle et les syndicats enseignants ne parviennent qu'à des estimations sur la base de sondages. Le SE-Unsa calcule ainsi que la retraite anticipée concernerait environ 25.000 enseignantes, dont près de 12.000 en maternelle et en primaire. Un chiffre compris dans la fourchette établie par le SNUipp-FSU, premier syndicat dans le primaire : entre 11.000 et 13.500. « Même si seulement une personne sur deux concernées décide de prendre sa retraite d'ici au 31 décembre, on aurait 6.000 enseignants en moins dans le premier degré, souligne Joël Péhau du SE-Unsa. Or, on ferme le robinet des recrutements. » En effet, seuls 3.000 postes de professeurs des écoles seront offerts en 2011, contre 6.577 cette année.

Dans le second degré, le SNES évalue à 10.000 le nombre d'enseignants concernés et à environ 5.000 ceux qui pourraient effectivement poser leur demande avant le 31 décembre. « Cela posera des problèmes pour assurer la correction et les jurys du baccalauréat puisque le départ en retraite devra se faire au plus tard le 30 juin », remarque Anne Féray du SNES. « On risque d'avoir une rentrée 2011 très compliquée, prédit pour sa part Christophe Bigot du SGEN-CFDT.

JESSICA BERTHEREAU ET VINCENT COLLEN, Les Echos

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?





Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Anonyme   |2010-07-29 22:59:19
Pour info
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 07-06-2011 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/