S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Lettre ouverte d'une infirmière libérale à Messieurs Sarkozy et Bertrand

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Céline   
27-07-2011
Je m’appelle Céline, je suis infirmière libérale dans le rhône et vous écris aujourd’hui afin de vous faire partager la colère d’une infirmière libérale, ma colère.

Avant même de vous parler de mon mécontentement, je tiens à me présenter. Je suis infirmière depuis 10 ans, libérale depuis environ 5 ans. J’ai choisi de faire cette  profession lorsque j’étais au lycée, engagée, motivée, proche de l’homme et de sa vulnérabilité quand la maladie le frappe.

Pour cela il faut savoir que de bons bulletins de notes ne suffisent pas. C’est un don de soi ! Don de soi qui explique que nous sommes une des catégories professionnelles qui se défend le moins et qui subi le plus.

Comme je vous l’explique précédemment j’aime mon métier malgré tout,  c’est pourquoi j’espère que vous accorderez une attention particulière à ma plainte ; Qui est murement réfléchie au fur et à mesure des expériences et des années, et qui arrive à un moment où je m’essouffle de tant d’aberration, d’ignorance de notre travail accompli.

Je connais très bien les conditions déplorables du travail en milieu hospitalier mais aujourd’hui je parle des conditions en libéral. En voici un bref résumé :
- Administratif fastidieux, lourd et à priori pas indispensable. Alors pourquoi nous en demander autant.
- Des horaires importants, avec une large amplitude de ces derniers. Commençant nos tournées en moyenne vers 6h, et finissant ces dernières vers 21h.
- Impossibilité de partir en vacances si nous ne trouvons pas de remplaçante (les médecins et les kinés ferment boutique eux !)
- Que faire quand nous sommes nous même confrontés à la maladie ou à la grossesse ?
- Sacrifice de nos familles, de nos enfants en bas âges, de nos grossesses etc….

Alors oui je l’ai choisi, mais plus pour longtemps, je suis épuisée et je n’ai que 32 ans ! Non épuisée physiquement mais moralement ! Je n’accepte plus de continuer dans ces conditions. Car on pourrait se dire que nous sommes honnêtement rémunérés pour ce travail et bien je ne trouve pas.

Savez vous que pour une toilette de plus d’une demi heure avec effort physique important, lever du patient, installation au fauteuil ( et dans toilette j inclus nettoyage des selles et urines du patients), gestion du traitement et du dossier de soin nous sommes payés brut 18.20 déplacement compris.

Ce qui donne en net environ 9 euros. Ne pas oublier que si cette même personne a une prise de sang à réaliser ainsi qu’un petit pansement tout est compris dans le prix.

Savez vous que lorsque nous allons chez une personne à qui nous faisons un pansement une injection ainsi qu’une prise de sang, le premier acte est payé à 100% , le deuxième à 50% et le troisième ainsi que ceux qui suivent sont gratuits.

Savez vous que lorsque nous prenons en charge des personnes en soins palliatifs, c’est un véritable engagement de nous même. Nous restons certes professionnels mais il n empêche qu’une partie de nous même est à chaque fois touchée. Nous sommes des humains avec un ressenti, des sentiments. Nous ne comptons pas nos heures, sommes disponibles 24h/24, dormons avec le téléphone dans l’attente de l’angoissante sonnerie annonciatrice soit d’une libération pour le malade, soit de la dramatique nouvelle du décès.

Nous ressortons la nuit pour accompagner ces familles pour qui nous faisons un peu partie de la leur.  Alors quand après ce que je vous décris les caisses de sécurité sociale ainsi que les services d’HAD plafonnent nos soins à 20 AMI par jour quand nous en pratiquons parfois 50 voir plus ! Est-ce bien raisonnable ? Monnayer le confort, les soins et la mort d’une personne.

Savez vous aussi que la nouvelle tendance et d’inciter les gens à réaliser eux même leurs soins. Toujours dans un souci d’économie ! Injections, pansements, perfusions sur pompe ( Exemple du subcuvia pour un de mes patients de 78 ans à qui on a demandé à sa femme de les faire).

Cela ne montre t’il pas une dévalorisation de notre profession ? Les infirmièrs ne sont donc pas indispensables puisque tout le monde peut faire ce que l’on a mis 3 ans à apprendre. Et 3 ans qui finalement servent à quelque chose ! quand une personne à qui le médecin a dit d’enlever ses points seule nous appelle en urgence puisqu’ elle les a coupés avec des ciseaux, au ras de la peau, ne sachant pas qu’ il y a en fait une méthode bien précise qui permet de ne pas laisser une partie du fil dans la peau ; dans ce cas nous arrivons chez ces personnes qui bien sur n’ont pas d’ordonnance, on fait ce que l’on peut et au final quel moyen avons nous pour se faire payer ? Aucun mis à part faire payer le patient qui ne sera pas remboursé !

Je pourrais vous donner encore plein d’exemples ! Il y en a tous les jours hélas. Il n’y a cas pour cela consulter les forums d’infirmiers libéraux !

Je voulais vous peindre grossièrement le tableau afin que vous puissiez mieux comprendre l’objet de ma colère. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Il y a 15 jours je me rends chez une jeune patiente m’appelant pour des pansements de plaie suite à une césarienne. En arrivant chez elle, elle me donne une ordonnance pour réaliser mes soins. Vu la taille de la cicatrice ce pansement cote 2 ami soit 8.60 déplacement compris. En retirant le pansement je constate que 2 points ont lâché, ainsi qu’un écoulement de sang et de caillot.

J’ai comprimé la plaie pour en extraire un hématome sous forme de caillot pendant environ 45 min. Je lui explique qu’il est préférable de ne pas recoudre la plaie afin que dans les jours à venir l hématome continue à s’évacuer. J’appelle le médecin de garde (samedi), qui me dit qu’il passera la voir dans l’Am. Vers 15h elle reçoit un appel de celui-ci, qui lui dit, de passer au cabinet. Il décolle juste le pansement que j’avais mis, mais à moitie, il regarde vite et dit  «  Je suis désolé je ne peux rien y faire allez aux urgences ».

Malgré son absence de réelle consultation ma patiente paiera 49,50 euros. Elle se rend aux urgences suite à cette visite, le médecin lui répond " je ne peux rien faire ce week end, revenez lundi on vous recoudra ". Je ne lui fais pas part de mon étonnement de recoudre, après tout le médecin c’est pas moi ! Le lundi elle retourne donc aux urgences, la plaie coule toujours et l’interne s’apprête à recoudre. Une sage femme passe par hasard et constate qu’il n’y a pas lieu de recoudre sinon l’hématome ne s’évacuant pas, recréera le même problème quelques jours plus tard.

Donc au final combien cette personne aura couté à la sécurité sociale ? Et moi qui au final ai réalisé tout le boulot j’ai couté combien ? Alors que je sois mal payée certes, mais payer un médecin 49,50 euros pour rien est ce normal ? Je vous le demande est-ce normal ?

Ce même médecin, reçoit le lendemain une autre de mes patientes, sous chimio. Fragile donc. Celle-ci ressent les symptômes d’une infection urinaire ainsi qu’une grosse gène dans la bouche. Elle se rend chez lui, ne le connaissant pas, lui explique un peu son historique médical ainsi que ces traitements actuels. Ce médecin lui dit clairement que ca ne l intéresse pas, il veut savoir pourquoi elle est là. Il lui fait une ordonnance pour une analyse d’urine demandée par ma patiente. Elle lui parle de sa gène dans la bouche, il lui répond "pour cela vous n’ aurez cas voir votre médecin demain ! ».

Le tarif étant le même que la veille elle paie 49,50 euros, plus 23 euros le lendemain pour voir un médecin qui lui, regardera sa bouche. 15 jours plus tard ma patiente a toujours ses difficultés, liées à une aphtose ainsi qu’à de l’herpes.

Voila mes deux exemples concrets, cause de toutes mes colères. Alors quand hier j’entends que les médecins vont percevoir une prime afin de leur permettre de réaliser du travail de qualité de qui nous moquons nous ?

N’oubliez pas que si certains médecins font du bon travail c’est parce que dans l’ombre les infirmières veillent ! On alerte, insiste, secoue parfois les médecins, et faisons beaucoup de chose à leur place ! Nous aussi sommes informatisés, et notre prime s’élève à 400 euros par an et non 9000 euros.

Incitez plutôt les spécialistes dont les consultations dépassent très régulièrement  les 100 euros à s’équiper d’un lecteur de carte vitale! Pour nous les feuilles de soins deviennent payantes si on dépasse un certain cota, j’imagine que pour eux non !

Si vous voulez réellement faire des économies adressez vous aux bonnes personnes ! aux cancérologues qui font passer un scanner le mercredi et vous revoient pour interprétation le jeudi ! ( 2 vsl) etc….et j’en passe !

Essayez de rester cohérents, certes de reconnaitre qu’il faut valoriser certaines professions, mais faites le de façon honnête en observant bien tous les acteurs de sante.

Je vous le redis, je vous remercie de l’importance que vous accorderez à ma colère qui n’est en fait que le reflet d’une colère partagées par beaucoup d’infirmiers.

Céline

Si vous souhaitez soutenir Céline, signez la pétition :
http://www.easy-petition.com/Lettre-idel/

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?



Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
christian  - une lettre c'est bien 500 000 c'est mieux   |2011-09-14 22:25:51
je comprends et j'adhère au coup de colère de Céline

mais hélas !!! ce n'est qu'un exemple d'action totalement isolée qui n'aboutira pas

nous sommes près de 500 000 infirmiers diplômés en france même si 1/5 ieme de cette profession daignait se "bouger le cul" enfin !!!!!! on nous regarderait autrement

1988 100 000 infirmières dans les rues de Paris cela a été fait.......cela reste possible

toute action individuelle estvouée à l'échec et le vécu n'en est que plus insupportable après

je suis IADE le mouvement enclanché en début d'année était un mouvement infirmier pas IADE.........je fais parti de ceux qui pensent qu il nous faut un grand mouvement de tous les ide spécialisés ou pas

cordialement

kris
Michel  - Diviser pour mieux régner   |2011-09-06 09:45:09
Autoriserez-vous un médecin, rural de surcroit, à réagir à ce propos?
Je (c'est une affirmation personnelle) n'ai pas attendu le cri de Céline pour témoigner auprès de mes patients de l'injustice de la rémunération des infirmiers libéraux, et je comprends et m'associe à cette revendication.
Mais bien sûr, en tant que médecin, je suis peiné des arguments qui sont présentés et des propos comme "si certains médecins font du bon travail c?est parce que dans l?ombre les infirmières veillent .."
Pour des raisons démographiques ma profession va voir ses effectifs divisés par deux dans les 10 ans. Et déjà nos dirigeants réfléchissent à confier à votre responsabilités des actes actuellement effectués par des médecins. Je ne suis pas certain que votre rémunération suive...
Ne nous trompons pas de cible, l'amélioration de la prise en compte du travail des infirmiers libéraux ne se fera au détriment de celui des quelques médecins qui s?intéressent encore à leur patients.
Les propos globalisants "tous des salauds" ne serviront à nos dirigeants qu'à nous monter les uns contre les autres et ce, sur le dos des patients et de la qualité de l'offre de soins.
La paupérisation sanitaire de notre pays est un enjeu qui justifie une vraie réflexion, même si des réactions épidermiques peuvent se comprendre.
Cordialement.
Infirmité !!!  - Voilà l'ENJEU majeur de l'Ordre Infirmier   |2011-08-03 18:12:48
Chère Céline,

Voilà enfin le vrai problème bien posé !!!!!!!!!!
On pourrait l'écrire à l'identique en clinique ou à l'hôpital....

Quelques remarques cependant :

- sur le ressenti et les affects, arrêtez avec çà et vous vous en porterez mieux !!! Sinon, continuez à gémir, vous faites écho aux plaintes des patients qui ne sont pas les votres !!!!!

- sur le business, vous avez entièrement raison. Le pouvoir médical use et abuse en toute impunité avec la bénédiction des pouvoirs publics. il faut leur rentrer dedans pour que celà cesse !!!! Où va le fric des comptes de la santé ?? Regardez !!! Dans tous les secteurs (public, privé, libéral) où sont les plus fortes rémunérations ?? Elitisme à la française !!!! C'est au nombre d'années d'études Madame, circulez y à rien à voir !

- sur le pouvoir, la vrai question est là !! Quand est-ce que les infirmières arrêteront d'envier le Papa Médecin et seront capables de se faire respecter par lui même au prix d'un conflit salutaire ???? On exploite votre travail parce que, passé le coup de colère, vous acceptez l'ordre établi (vous ne faites rien contre). Pour contrer ce pouvoir fort, il faut devenir "collectivement" fort. C'est un objectif en soi !!

- Conscient de cet enjeu, comment comprendre que la grande majorité de la profession rejette l'Ordre Infirmier ???? Manifestement, beaucoup n'ont rien compris ou pire, préfèrent ne pas affronter !!!!!

- Ecoeurée, vous partirez un jour, quittant même la profession (ce que j'ai personnellement fait !) et des petites nouvelles naîves viendront vous remplacer. Et au bout d'une dizaine d'années, elles réaliseront ce dont vous prenez conscience aujourd'hui !!! Et ainsi de suite.....

- Tant que votre profession n'ouvrira pas un conflit ouvert et résolu avec le corps médical, dont elle est historiquement en dépendance depuis l'origine, elle ne peut espérer ni reconnaissance, ni considération, ni respect, ni autonomie. C'est dur mais c'est la réalité.

- Aucune organisation professionnelle infirmière (association, syndicat, groupement) ne s'affronte ouvertement avec le Corps Médical. Pourquoi ???? L'omerta sans doute... ou un soutien de principe des médecins qui ne débouche jamais sur rien..... !!!!!

- Votre profession prétend être représentée par une myriade de syndicats, associations, corporations, groupement (assez corporatistes d'ailleurs) et les syndicats nationaux (CGT,CFDT, FO, UNSA, SUD, etc..) qui a elles toutes n'en fédèrent que 10 %. Où sont les 90 % non affiliées ??????

- Votre réaction "épidermique" ne portera pas très loin malheureusement... Le coup de gueule aura le mérite de vous avoir soulagé avant de reprendre la tournée. L'autonomie professionnelle est un combat auquel les infirmières ont renoncé au regard de la mort annoncée de l'Ordre Infirmier. Je crains même que les motifs de votre ras-le-bol ne s'amplifient.

Bon courage !!

Schmoll
Montre pour infirmière  - Montre pour infirmière     |2011-07-28 08:27:04
Très belle initiative !
bushnell  - T'appelles çà une initiative ?!!!!   |2011-08-03 18:18:56
Bonjour Montre,

Si le coup de gueule est perçu comme une initiative, bonjour le niveau !!!!!

Avec des "initiatives" de cette nature, je comprends que rien ne bouge et qu'on vous traite avec un sourire en coin, ce qui est encore pas si mal....

Tcho
thuillier-leichtweiss Anne  - Bravo Celine   |2011-07-27 20:14:29
Bravo pour cette initiative, j'espère que la mobilisation sera énorme et fera enfin bouger les choses...on ne peut pas continuer de fonctionner avec une nomenclature totalement obsolète.....faut que ça change! Que tous les syndicats rejoignent Coordination Nationale Infirmière...ensemble on est plus fort!!!
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 03-10-2011 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/