S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Question de stress

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Stéphane DERES   
22-08-2011
stress_infirmiere.jpg Question de stress : enquête nationale sur le stress infirmier

L’évolution de la qualité de vie au travail fait régulièrement l’objet d’études par différents organismes. Souvent utilisé comme support, le questionnaire permet de recueillir des informations ciblées sur une population précise et propose une analyse à partir de données déclaratives. ...

Spécifiquement, la profession infirmière n’a que très rarement fait l’objet d’une enquête à grande échelle. Ensuite, aucune de ces enquêtes ne permet de mesurer, dans le temps, cette évolution de qualité de vie au travail alors que, dans le contexte actuel de réforme et avec les restrictions budgétaires qui en découlent, cette qualité ne cesse de se dégrader.

La CNI Coordination Nationale Infirmière, avec la participation de médecins du travail et en partenariat avec l'A.I.A.S., va donc mettre en place un outil d’évaluation annuelle du stress pour suivre l’évolution au fil des années. Les résultats permettront ainsi d’objectiver le ressenti des professionnels du terrain, de quantifier le bien-être (pour les plus optimistes) ou le mal-être (pour les plus pessimistes) et de faire valoir ces données chiffrées au niveau ministériel. 

Pour atteindre cet objectif, les items seront réduits à leurs plus simples expressions pour permettre une analyse rapide avec un nombre de réponses maximum. Nous proposons donc, en ligne sur notre site, un questionnaire pour mesurer de manière déclarative le stress sous ces trois aspects : global, au travail et sur un plan personnel. Les trois items se présentent sous la forme d’une échelle visuelle graduée de 1 à 10. Chaque année, nous mesurerons ainsi nationalement et spécifiquement le stress de la filière infirmière (IDE, spécialités et cadres).

Enfin, le questionnaire propose un espace dédié pour que les professionnels mettent en texte libre leurs remarques, vécus spécifiques, contraintes… Ainsi, à partir de ces différents commentaires et dans un second temps la CNI élaborera un questionnaire plus exhaustif afin de mener une véritable enquête sur les conditions de travail de la filière infirmière. Le but sera de pointer, de manière objective, les sources d’insatisfaction et de proposer des axes d’amélioration adaptés aux professionnels.

Fin 2010, la CNI avait de la même façon réalisé un sondage « en ligne » concernant le choix des professionnels face au droit d’option. Cette enquête nationale avait recueilli un vif succès sur notre site et les résultats obtenus se sont révélés être superposables aux résultats nationaux (42% de passage en catégorie A  et 58% pour la B). Ce gage de fiabilité nous incite à poursuivre ce type de démarche.

Cette enquête qui mesure votre « dose de stress » à un instant « T » est déjà en ligne depuis quelques jours. Il ne demande qu’une minute de votre temps. Nous vous invitons à y participer largement www.coordination-nationale-infirmiere.org/index.php/surveys/view/Sondage-national-sur-le-Stress-infirmier/index.html et à inviter vos collègues à faire de même. Il est important de pouvoir quantifier ce stress pour prouver si nos impressions et les vôtres se recoupent.

Nous percevons que les conditions de travail, la pression exercée sur les professionnels n’ont jamais été aussi pesantes et que ces conditions se dégradent encore, il importe de l’objectiver.

Pour la CNI, la notion pénibilité doit être réexaminée spécifiquement pour nos professions. Chaque professionnel souhaite retrouver son cœur de métier et donner du « sens » à son travail.

Les premiers résultats de cette enquête seront présentés lors d’une conférence sur le stress au Salon Infirmier (Porte de Versailles à Paris le 14 octobre 2011 à 14 heures salle Véga). La CNI vous invite évidemment à participer à ce grand rendez-vous qui rassemble des milliers de professionnels de la santé. Le Salon est un lieu d’échange. Venez nombreux partager l’expérience de soignants venus des quatre coins de France, n’hésitez pas à vous arrêter sur notre stand C9 et n’oubliez pas de participer à notre questionnaire … bien entendu ! 

Stéphane DERES
CNI de Poitiers

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?



Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Anonyme  - ras le bol   |2011-11-27 17:06:11
Voici la dernière trouvaille du CHBM : faire travailler les IDE de jour en alternance de nuit pour palier aux départs dus au changement de catégorie et au départ en retraite des IDE de nuit. Pas d'embauche de personnel de nuit, les nouveaux D.E. sont automatiquement en alternance jour/nuit, soit disant que les nouvelles recrues ne veulent pas travailler en continu de nuit ! 3 services de l'hôpital sont concernés pour commencer dès décembre 2011. Puis cela se généralisera certainement aux autres services et aux aides-soignants. L'Etat, l'HAS, la Direction Hospitalière nous prennent vraiment pour des pions. Nous sommes déjà de jour en sous-effectif et il va falloir pallier à la déficience du manque d'embauche pour le personnel de nuit.
INFIRMIERE : UN DES PLUS BEAUX METIERS QUI EXISTENT, RECONNU PAR LE PUBLIC, MAIS PAS RECONNU PAR LE GOUVERNEMENT POUR CAUSE DE DEFICIT BUDGETAIRE.
Anonyme   |2011-11-24 13:23:41
Beaucoup de fatigue aussi bien physique que psychologique surtout et cela se répercute forcément sur la vie quotidienne personnelle.
Anonyme   |2011-11-24 13:23:21
on nous demande toujours plus de mission a personnel constant ex : on nous forme a l\'éducation thérapeutique mais sans local prévu pour, sans personnel en plus alors que une consultation c\'est minimum 1 h en plus de notre travail habituel....
Anonyme   |2011-11-24 13:22:54
La Caisse de retraite des auxiliaires médicaux (CARPIMKO) a piloté une enquête il y a 3 ans sur la pénibilité, et j\'ai fait partie du groupe de travail sur le sujet. Nous avons identifié +ieurs types de stress. Vous pouvez consulter les résultats de l\'enquête sur le site http://www.carpimko.fr, et je peux vous envoyer les résultats détaillés par profession si vous le désirezà anne.seiglan@hotmail.com. Voir aussi sur Internet les études faites par Mme Estryn Behar sur les soignants à l\'hôpital. Il faudrait réactualiser ses travaux, mais ils ont été reconnus au niveau européen.
Anonyme   |2011-10-28 15:10:28
Ça me stress de courir après le matériel qui fait défaut, d'avoir à gérer des soucis d'informatique sans quoi je ne peux accéder à la prescription médicale, de passer 1/5 de mon poste à remplir des documents administratifs, de traçabilité... d'être déprise pendant que je prépare les traitements 10 fois pour répondre au téléphone.. une collègue infirmière s'est suicidée dans mon service, depuis nos conditions de travail sont restées les mêmes, elle n'a pas été remplacée. où reste-t-il du temps pour les patients, les familles, les étudiants, la qualité du soin, pour communiquer avec le médecin.
Anonyme   |2011-10-14 13:09:32
Mon travail en libéral envahit ma vie privée au détriment de ma famille ! Après les soins auprès des patients, je fais mes papiers au domicile, le téléphone sonne à n'importe quelle heure : les médecins ne répondant pas aux questions, les gens nous appellent nous !!! Actes pas payés (pas d'ordo, actes payés à 50% puis les suivants gratuits... déplacements très mal rémunérés) courir après les médecins et négocier les ordonnances, refaire les ententes préalables car pas réceptionnées par les caisses, courir après nos honoraires (les caisses réduisent au max nos facturations malgré les ententes préalables) : j'ai l'impression d'être tjs au travail ! Sentiment de non reconnaissance et d'injustice !
Anonyme   |2011-10-14 13:08:23
Manque d'IDe, rappel incessant pr revenir sur des jrs de repos du soir au lendemain (journée continue de 7h -19h). surcroît des taches administratives car embauche d'IDE étrangères venant des pays de l'Est et ne maniant pas correctement le Français. Bcp de départs au 1/7/2011 suite à la réforme des retraites.
Anonyme   |2011-10-14 13:07:37
Dificultés d'imposer à son corps des rythmes de travail et de veille qui ne lui correspondent pas (ex: lever à 4h40 / prise en charge de + en + lourde physiquement et psychologiquement des patients: isolement,vieillissement de la population, solitude, détresse engendrée) impliquent une grande difficulté à trouver un peu de temps pour sa vie personnelle .. impression que la vie des autres devient plus importante que la sienne propre. c'est grave .
Anonyme   |2011-10-13 16:14:28
j'ai demandé une semaine de congé du 10/10 au 17/10. Nous ne pouvons pas avoir 2 we consecutif sur une petite periode. Une de mes collègues me prend le dimanche 9/10 et moi je lui rends plus tard. Le samedi npus étions 3 IDE je demande mon jour, sachant qu'il me reste 12 jours à prebdre avant la fin de l'année et ma cadre me répond je vais voir. A son retour vers moi, elle me dit c'est ok pour le samedi mais je voudrais que vous reveniez le vendredi sur votre repos car je n'ai personne du soir. Je lui dis mais ça me fais 5 jours et terminer du sor la veille de mes CA c'est pas cool. Elle me répond je n'ai pas trop possibilité. Dc n'ayant pas le choix, je vois avec une collègue si elle peut prendre mon poste du soir contre le sein du matin. Elle accepte. Et ce matin, très fatiguée, je ùme lève à 5h20 depuis 5jours, je pars au travail et là on se retrouve à 4 IDES, 2 EIDES dont 1 qui en fin de stage et d'école 2 ASD + 2 eleves ASD !!! J'appelle la cades de gardes qui me dit rentrer chez moi !!!!!! Voilà je travaille dans un service de gastro entérologie où les pathologies sont lourdes, psychologiques, physiquement, bcp de fin de vie ( néo foie, pancreas, estomac ...) où on pratique 4 chimios par jour en moyenne, où l'on a 2 lits d'endoscopie et où on est 1 IDE pour 12 patients sans compter les 2 chimios chacune par jour, et les endoscopies !!!!
Anonyme   |2011-10-13 16:14:03
Travaillant en 12 heures,je démarre sur les "chapeaux de roue" le matin à 07h et n'ai plus quere le temps de regarder l'horloge, si ce n'est pour me rendre compte que je ne vais pas avoir le temps de faire tout ce qui est prévu.les moments de pause ne sont plus existants, ce qui fait que le stress prend le dessus.Répondre à chaque sonnette devient difficile et est source d'énervement alors que c'est la base de notre présence auprès du malade.Que faire pour avoir le temps de soigner les patients.La course effrénée après le temps devient épuisante
Anonyme   |2011-10-13 16:13:44
plusieurs éléments favorisent mon stress professionnel.D'une part le fait sans cesse rappelé de "coûter cher" et d'autre part le fait de ne plus faire équipe:le binôme aide-soignant/infirmier a éclaté et cela a un impact sur le savoir faire et d'autre part le travail en synergie avec le medecin s'étiole tant ils sont happés par des réunions ,commissions ....
Anonyme   |2011-10-13 16:13:31
On demande de plus en plus aux IDES avec de moins en moins de moyens. Pour éviter qu'on râle, on nous passe en 12h en disant qu'on aura plus de temps pour faire face.
Anonyme   |2011-10-13 16:13:18
aujourd'hui je suis en longue maladie à cause de tout le stress qu'occasionne notre profession Je travaille en consultation les patients sont porteurs de maladies inflammatoire chronique et assez jeunes Ns n'avons pas toujours le temps qu'il faut pour obtimiser la prise en charge de ces patients et s'est frustrant Ns avons aussi la pression hiérarchique car il faut faire des actes peu importe la façon !!!!!
Anonyme   |2011-10-13 16:13:05
la formation infirmière est stressante de manière ponctuelle. je fais partie de l'ancien référentiel de formation, et de nature stressée, j'ai pu observer que mon état de stress et mes réactions s'intensifiaient à l'approche d'évaluation théorique, pratique et encore plus lorsque qu'on parlait de MSP DE ou encore de mémoire, TFE, etc... sans compter ce statut d'étudiant lors des stages qui nous fait osciller entre étudiant responsable et autonome, ou juste étudiant donc pas autonome ... donc stress de ne pas savoir exactement ou se mettre... donc voilà divers aspects à observer merci
Anonyme   |2011-10-13 16:12:47
notre source de stress vient principalement de l'agressivite de notre environnement professionelle (patient, famille, cadre, medecin) qui n'est plus supportable ce qui malheureusement engendre des arret de travail et donc une surcharge de travail importante
Anonyme   |2011-10-13 16:12:35
Nous avons subit de plein fouet l'absurdité des 35h. Temps restrain, personnel également, tjs plus de demande des médecins et de la direction, devons souvent faire face seules à des urgences, prendre des décisions qui n'ont rien à voir avec notre rôle propre, subir le mécontentement des patient face à leur prise en charge(ont parfois raison), les décès et la douleur des familles, la fatigue de l'équipe soignante.On parle de la maltraitance des soignants envers les soignés, mais dans l'autre sens soit disant que l'on ne peut pas , car les personnes sont fragilisées, mais je peux vous assurer que la violence physique et verbale est bien présente. Et pour clôturer vous n'êtes jamais réellement en repos, eh oui on peut même vous rappeler, quant aux congés il est difficile d'avoir 3 semaines avec son conjoint en période estivale, voir impossible. Réduction de l'enveloppe budgétaire, donc auto-remplacement. Super le job, et malgré tout je l'aime et m'investie.
Anonyme   |2011-10-13 16:12:22
une IDE pour 30 patients para ou tetraplégique. Sondages évacuateurs toutes les 4 heures, secretariat à gérer, prise de rendez-vous, informatique, dossiers paramédicaux à transcrire sur différents surports, malades de plus en plus exigeants, impatients, intolérants. Vacances supprimées au dernier moment, horaire changé tous le temps ... Manque de reconnaissance de travail fournis, Tous est intolérable !!!!! Burn out !
Anonyme   |2011-10-13 16:12:07
de + en + de travail et de - en - de personnel !!!
Anonyme   |2011-10-13 16:11:43
l'ambiance de travail en est la cause principale.
Anonyme   |2011-10-13 16:11:31
restriction de personnel , cadre de santé totalement bipolaire et persécutante !!!! conditions de travail régressante.
phasme  - il faut que cela bouge   |2011-11-25 18:33:28
je crois vraiment qu'il est temps de se mobiliser.marre de cette corveabilité,marre de la fermer devant des cadres qui se positionnent rarement pour l'equipe,marre de profiter de nous et de croire que cela durera ainsi longtemps.Un peu d 'action,écrire pour se faire plaisir,c est très satisfaisant mais que faire pour vraiment se mobiliser?
Anonyme   |2011-10-13 16:11:15
pénibilité pour les nursings en libéral ;le facteur temps; les déplacements voitures , les charges professionnelles importantes(urssaf cabinet...)
Anonyme   |2011-10-13 16:10:55
Je travaille dans un EHPAD de la FPT. Le stress au travail est quasi quotidien. Le travail des IDE est tellement polyvalent que nous devons quelques fois gérer des problèmes qui ne sont absolument pas dans nos compétences. Je pense à des soucis administratif dont la direction, elle, se décharge volontier. En plus de palier aux imprévus de santé des résidents nous sommes au centre d'une étoile infernale et nous aiguillons médecins, familles, résidents, administration et personnel... sans parler que les WE, nous sommes "responsables" de tous ce petit monde en plus de notre travail quotidien bien sûre !! Alors oui, il y a des jours où franchement, j'ai bien envie de laisser tomber ce formidable métier.
Anonyme   |2011-10-13 16:10:38
nouvelle réforme !!! 3eme année on nous répète toujours qu'on éssuis les plâtres, et y'en a marre. dans mon ifsi il ne savent même pas lire un texte de loi.
Anonyme   |2011-10-13 16:10:22
DIFFICULTE LA NUIT D ASSURER UN SERVICE DE MEDECINE DE 40 LITS CAR MANQUE DE PERSONNEL OBLIGE ON SE RETOUVE 1 IDE+ 2 AS (POUR ACCUEIL DES ENTREES,GESTION DES DECOMPENSATION DS PATIENTS DU SERVICE NON STABILISES,dc )
Anonyme   |2011-10-13 16:09:59
l'évolution vers l'entreprise de l'hopital, est un facteur de stress. ce passage de la stratégie de l'humain vers la stratégie de l'entreprise va à l'encontre des valeurs soignantes humanistes et se trouve donc être un facteur de stress.
Anonyme   |2011-10-13 16:09:45
la dégradation du service public et la demande de rendement sont un des facteurs de stress de notre profession mais aussi le 1 sur 2 qui se résume dans certains établissements à 4/1 (4 départs pour 1 recrutement) et la multiplication des taches admionistratives glissement des tâches du cadre vers l'ide en plus des soins. Le non respect des personnes soignées "les clients" que l'on fait sortir rapidement pour la DMS à 40 de fièvre ou en fin de vie et j'en passe car il y a trop long à dire.... Jmarc
Anonyme   |2011-10-13 16:09:33
metier de plus en plus difficile meme si j aime ce que je fais je ne le recommanderais pas
Anonyme   |2011-10-13 16:09:20
le stress professionnel est lié à l'ampleur du nombre de patients à prendre en charge dans un temps donné, avec tout ce que cela sous entend (soins, taches administratives...)
Anonyme   |2011-10-13 16:09:06
Stress plus "en pic" durant la journée selon les événements, mais un léger stress de fond durant toute la journée et même la veille et la nuit précédente. (je me remémore ce que j'ai fait afin d'être sûre de n'avoir rien oublié et je planifie ma journée du lendemain.)
Anonyme   |2011-10-13 16:08:52
je ne suis plus représentatif de la professsion. depuis 3ans je suis détaché au service informatique pour la mise en place du dossier patient informatisé. un autre genre de stress mais pas comme quand j'étais en service.
Anonyme   |2011-10-13 16:08:40
Études très stressantes, pouvant sérieusement chambouler nos croyances, nos valeurs avant d'entrer en formation. On sort grandi de cette formation de par toutes les épreuves par lesquelles on est passé (faire ses preuves au quotidien, prendre des initiatives et des responsabilités...)
Anonyme   |2011-10-13 16:08:11
TRAVAIL EN 12 H AS NOM DIPLOMES MANQUE DE CONNAISSANSE RESPONSABILITE
Anonyme   |2011-10-13 16:07:44
bonjour merci de nous donner la parole car la ou je travail aucune expression n'est possible avec mes superieurs.. quotidiennemt il m'est ipossibe de prendre ma pose repas le midi et je depasse tous les jours de quasiemt une heure mes horaires legaux de temps de travail qui ne st pas payé, de plus le harcelemt moral est une pratique courante par la hierarchie ainsi que certaine collegue de travail j'ai deja du m'arreter plusieurs mois car je n'arrive plus a soigner les patients qui ne st pas du tout la priorité ds un service... j'en ai informé la medecine du travail qui m'a a peine ecoutée.... es ce du benevolat apres 3 ans d'etudes merci encore pour votre reconnaissance en esperant que les choses changent au plus vite car au vu de tout cela je regrete d'avoir choisit ce metier que j'aimai tant
Anonyme   |2011-10-13 16:07:24
passer la cinquantaine se sentir indésirable sur de nombreux postes hospitaliers etre cataloguée senior et avoir à faire son deuil du travail d infirmiere pour finir sur un poste de prélèvements rebarbatif et pour 10 ans quelle triste fin !
Anonyme   |2011-10-13 16:07:09
au travail, trop de contraintes horaires, pas assez de personnel, de plus en plus de travail à faire, salaire qui n'augmentent pas, trop de décisions imposées par la hiérarchie sans concertations
Anonyme   |2011-10-13 16:06:39
le stress dans un service est davantage lié à l'entente d'une équipe que du travail en lui meme ! Sans parler de conflit, on ne vient plus travailler de la meme maniere et je pense que parfois les patients le ressentent... le travail d'équipe majoritairement féminin est assez particulier et l'arrivée des chirurgiens ou anesthésistes (avec leur forte personnalité) est assez difficile à gérer.
Anonyme   |2011-10-13 16:06:16
stress lié a la surcharge de travail je travaille en chirurgie depuis 6 mois, en 12h, dans une clinique privée, et la charge est telle que je nen peux deja plus.ce nest pas le travail en lui meme qui est stressant, mais l'accumulation de taches et le fait de ne pas pouvoir souffler de la journée
Anonyme   |2011-10-13 16:05:48
Pas assez de temps ni de personnel = trop de stress!!
Anonyme   |2011-10-13 16:05:34
Rythme de travail soutenu, il faut faire okusieurs choses en meme temps , soins , rencontrer les familles , telephonne , gestion d équipe
Anonyme   |2011-10-13 16:05:15
ce stress est du au poste que j'occupe: IDE en SMUR...
Anonyme   |2011-10-13 16:04:34
Beaucoup de responsabilités pour un salaire de MISERE!! En comparaison à nos collègues AIDE SOIGNANTES ET AMP!!! A quand une VRAIE RECONNAISSANCE DE NOS COMPETENCES ET RESPONSABILITES??
Anonyme   |2011-10-13 16:04:23
diplômée en 2010 j'ai choisi de travailler dans un CHU au bloc : 6 blocs spécialité orthopédie , demande de polyvalence de la part des cadres. Quantité de type d'interventions impressionnante, matériel idem, implant, gestion du patient , rôle d'absorbeur de stress des chirurgiens, turn over, arret maladie ..... !!! heureusement les collègues sont là pour aider les nouvelles . Le hic est quand on devient soi même une ancienne au bout d'un an !!! et que l'on ne se sent pas prête du tout mais je m'accroche ! est ce que l'herbe est plus verte ailleurs ? c'est pas sur.
Anonyme   |2011-10-13 16:04:12
Les patient sont de moins en moins respectueux et de plus en plus demandeurs.
Anonyme   |2011-10-13 16:04:00
Manque de personnel plus d' infirmière je me retrouve a faire 50 heures par semaine en nuit. Je suis passée en cat a ms la pénibilité du travail non reconnu que va t on faire pour nous. Multitâche a effectue sans aucune reconnaissance de notre travail si pas content allé voir ailleurs réponse du directeur.
Anonyme   |2011-10-13 16:03:47
je suis infirmier dans une reanimation chirurgicale et je pense que nous pourrions avoir une prime pour le stress que nous subissons mes collègues et moi dans ce service contrairement à d'autres.
Anonyme   |2011-10-13 16:03:33
pas assez de temps pour prendre le temps.
Anonyme   |2011-10-13 16:03:12
A l'hopital c de pire en pire , on ne demande de la rentabilité, nous n'avons plus le temps de communiquer avec les enfants hospitalises et lzurs parents. De plus, il y a de moins en moins de materiel et de moins en moins de personnel, on fonctionne beaucoup avec des interimaires. Quand j'ai debute il y a 15 ans ce n'est pas comme ca que je pensais travaillé ; les conditions se dégradent de jour en jour !!
Anonyme   |2011-10-13 16:02:58
Tres motivee dans la pratique de mon travail au quotidien,je ressens de plus en plus une non reconnaissance de cet investissement et un complet abandon de ma hierarchie.Hierarchie qui tiens ce discours : il faut revoir a la baisse votre perfectionnisme,vous voulez trop bien faire. Ce pose alors a moi le dilemme: comment au quotidien faire mon travail tout en ne cherchant pas a le faire au mieux et rester motivee. Comment faire car j'aime ce metierqui pour moi doit rester un metier humain avant tout Quel recul en arriere et en retour nous avons les planning qui changent sans cessent,les w-end,les jours feries,les nuits...et j'en passent.Et ne parlont pas d'attraction salariales, 32 ans et tout juste 2100 euros.Malgre ce triste salaire je serais heureuse et fiere d'etre infirmiere si juste les conditions de travail s'amelioraient.Et oui meme pas exigeante ,je pense que c'est la dessus que l'on se fait "avoir" merci
Anonyme   |2011-10-13 16:02:40
en secteur hospitalier avec plusieurs DU et une expérience reconnue officieusement mais complétement niée officiellement
Anonyme   |2011-10-13 16:02:24
je stresse surtout et avant tout par manque de reconnaissance salariale Que l'état revalorise sérieusement le salaire des IDE et cela changera la donne et y compris je pense la surcharge de travail car si il y a pénurie c'est aussi car nous sommes payés comme des femmmes de ménage. Alors avant de changer de catégorie ou de quoique ce soit , il faut RE VA LO RI SER nos salaires !!!!!
Anonyme   |2011-10-13 16:02:06
le manque d'infirmiere se fait sentir lorsque l'on est rapelé sur les jours de congés pour remplacer les arrets de travail alors que l'on est deja en heures supplémentaires.
Anonyme   |2011-10-13 16:01:44
variable selon certains facteurs : moment, moral, situation...donc difficil à évaluer.Il faudrait davantage d'éléments :telle ou telle situation ...
Anonyme   |2011-10-13 16:01:32
Il est aujourd'hui difficile de travailler dans de bonnes conditions manque de personnel, cadre exigeant...
Anonyme   |2011-10-13 16:01:09
IDE de santé au travail, le secteur est relativement méconnue. Le stress vient plus d'une forme de mépris des infirmières qui semble t-il coutent chères à l'entreprise dans le domaine de la prévention sans vraiment apporter du concret.
Anonyme   |2011-10-13 16:00:55
le personnel soignant est le générateur de stress le plus puissant que je connaisse. et meme si l'environement actuel vise a favoriser ce stress les caracteres ont beaucoup d'importance dans ce phenomene.
Anonyme   |2011-10-13 16:00:31
la dose de stress au rtavail varie beaucoup en fonction des situations rencontrées, urgences, complications, ... et egalement de l'ecoute du cadre sur nos desideratas de plannig.
Anonyme   |2011-10-13 16:00:18
Stess au travail car appréhension à se rendre au travail. Equipe divisée et en conflit. Pression mise par le cadre de santé sur les infirmiers. 1 seule infirmière pour 56 patients en maison de retraite.
Anonyme   |2011-10-13 15:59:59
Une fois qu'on m'a changé de service (dans lequel tout allait bien mais où j'étais remplaçante) je me suis trouvée en salle de réveil sans formation particulière avec une tonne de responsabilités, et souvent des actes à effectuer dans l'urgence, beaucoup de prise de risques pour un salaire peu considéré et des maux d'estomac chaque matin et chaque dimanche soir. Certe je ne travaillais plus le weekend ni la nuit mais à quel prix, moi qui aimait tant mon travail je me suis vu envisager de changer de métier...finallement j'ai démissionné pour faire du domicile et me sentir heureuse dans ma profession tout en étant disponible pour mes patients
Anonyme   |2011-10-13 15:59:44
J'ai ete trés stressé dans un contexte de démotivation au travail avec un changement de cadre, des conflits d'équipe avec un flux tendu au niveau des entrées sorties des patients, et le sentiment de plus être écouté par les médecins centrés sur le discours médical.
Anonyme   |2011-10-13 15:59:33
souces de stress au travailurcharge de travail!!!on nous en demande toujours plus avec de moins en moins d'effectifs,la situation devient de moins en moins gérable.Ce qui est difficile,c'est qu'il n'ya qu'au travail que je me sens stressée et cela à tendance parfois à se répercuter sur ma vie personnelle.
Anonyme   |2011-10-13 15:59:20
planning changeant vie sociale réduite selon service pas de sécurité dans le travail agression verbale fréquente, physiques possibles législation qui soutient les medecins mais pas du tout les IDE
Anonyme   |2011-10-13 15:59:08
En tant qu'infirmière, l'augmentation de la charge de travail, des responsabilités, de la fatigue physique et morale, la pénibilité, les horaires de travail, les roulements jours/nuits, le travail de nuit,les harcèlements de la hiérarchie, les restrictions budgétaires sont source de stress.
Anonyme   |2011-10-13 15:58:52
non seulement nous sommes stresses par notre fonction qui tend de plus en plus vers la polivalence mais en plus par la consideration ou le peu deconsideration devrai je dire de nos supérieuresqui veulent nous faire oublier pour un soucis d economie le sens meme de notre profession!
Anonyme   |2011-10-13 15:58:36
Je suis la première promotion de la nouvelle réforme. Le stress est surtout lié à l'inconnu, car les textes ne sont pas encore tous sorti et nous avancons sans savoir si le lendemain nous devrons pas changer radicalement de positionnement. Cependant les enseignements y sont intérêsant, et les cadres formateurs (en général) nous soutiennent autant qu'ils peuvent.
Anonyme   |2011-10-13 15:58:21
gestion de l'absentéisme, exigences de qualité contradictoires avec les moyens mis à notre disposition, une hiérarchie loin de nos préoccupations et qui démultiplie les réunions, sont autant de sources de stress.
Anonyme   |2011-10-13 15:58:06
le stress devient un aspect beaucoup trop present dans mon metier cad trop de patient a gerer dans le temps qui m est imparti je travaille en had et les soins sont tres lourds et on a pas le temps de faire du relationnel comme on voudrait le faire ou alors le prendre sur son temps mais on a tous une vie personnel aussi donc insatisfaction qui touche tous les aspects de notre vie
Anonyme   |2011-10-13 15:57:45
r.a.s
Anonyme   |2011-10-13 15:57:24
Auparavant on disait qu'une infirmière durait 7 ans , maintenant je l'affirme qu'une infirmière ne tient pas plus que 3 ans.
Anonyme   |2011-10-13 15:57:13
C'est l'hopital qui se fout de la charité ! Le personnel n'est plus entendu ! On n'en prends pas soi alors comment veut-on qu'il continue à se motiver pour prendre soin de l'autre ! On va droit dans le mur !
Anonyme   |2011-10-13 15:56:58
Notre métier est une épreuve quotidienne où le stress est permanent mais le travail en équipe permet d'en parler et d'être soutenu!
Anonyme   |2011-10-13 15:56:42
le remaniement et la restructuration de l'hopital publique va a l'encontre de toute logique de soins! Comment prodiguer des soins de qualité et en toute sécurité pour la population avec encore moins de moyen humain ! Cela commence par la qualité de l'accueil: prendre un Rv devient fastidieux , le téléphone sonnant souvent dans le vide ( suite aux supressions de postes de secrétaire). Notre profession infirmière et quotidiennement bafouée par des administratifs ou des medecins qui s'ingère dans nos soins alors que nous ne faisons pas le même travail la "collaboration" n'est qu'un leurre...
Anonyme   |2011-10-13 15:56:31
Les sources de stress ne relèvent pas forcément de la nature du travail mais surtout et aussi des conditions de travail subies (10h de travail avec une demi-heure de pause assise sur un escalier de vestiaire car pas de local de pause, turn over infernal pour produire davantage en salle d'opération, déchargement de matériel lourd pour les approvisionnement et j'en passe!)
Anonyme   |2011-10-13 15:56:18
je travail dans le secteur privé dans un UPATOU où les locaux ne sont plus adaptés à l'exercice, où tous nos "privilèges" sont diminués voir défaits alors que la charge de travail augmente, où les glissements de tâches de plus en plus fréquents...engageant nos responsabilités... On nous demande de faire toujours plus avec toujours moins!!! Et si on se "plaint" trop il nous est répondu: "si vous n'êtes pas content ni satisfait la porte et grande ouverte" ou encore "faites attention...d'autres avant vous se sont un peu trop plaint...ils ont été virés...." Nous sommes des êtres humains, non des machines et nous ne travaillons pas avec des boites de conserves mais avec des êtres humains...
Anonyme   |2011-10-13 15:56:02
Le stress au travail est plutôt lié à l'intensité de l'activité et le fait que les effectifs ne permettent pas toujours de répondre à toutes les demandes en temps et en heures
Anonyme   |2011-10-13 15:55:47
pas assez de personnel la nuit repostulat dans les poles et desinformation
Anonyme   |2011-10-13 15:55:34
Les suppressions de poste dans la fonction publique ,des missions de plus en plus nombreuses et complexes font que le métier est de plus en plus stressant.Même après 30 ans d' excercice de la profession.
Anonyme   |2011-10-13 15:55:19
j'ai quitté le monde hospitalier car de moins en moins humain. De plus en plus nous sommes à la production
Anonyme   |2011-10-13 15:55:05
mon stress vient le plus de la pression de la hierarchie et de toute la paprasserie plus ou moins legale que l on nous impose au desanvantage des soins surtout relationnels, nous devenons des automates bien dresses mais sans humanite ou humanitude helas.... nous sommes en outre de plus en plus prise pour des tetes non pensantes par le corps medical a par quelque rare exeption helas aussi
Anonyme   |2011-10-13 15:54:31
harcellement psycho;logique lorsque l'on n'est pas d'accord avec le medecin responsable
Anonyme   |2011-10-13 15:54:16
harcellement psychologique lorsque l'on n'est pas d'accord avec le medecin responsable
Anonyme   |2011-10-13 15:53:48
j'ai du changer de poste de travail il y a 9 mois car le stress dans le service etait maximum et etait devenu insuportable actuellement je travaille en consultation et le stress est moindre
Anonyme   |2011-10-13 15:53:37
ide en milieu carcérale le stress est du aux responsabilité qui repose sur nos epaules surtout le weekend car nous n'avons pas de médecin même en cas d'urgence
Anonyme   |2011-10-13 15:53:25
manque de personnels soignants,de matériels,pas d'écoute du personnel,sentiment d'impuissance et d'isolement face a des situations difficiles
Anonyme   |2011-10-13 15:53:12
aucune écoute de la part des supérieurs hiérarchiques, nous ne sommes qu'un nom sur un planning, pas de reconnaissance du travail fourni, multiples fonctions ( secrétaire, cadre remplaçant, standart, ... ) et relations de plus en plus difficile avec les familles des patients qui n'ont plus aucun respect pour le personnel soignant
Anonyme   |2011-10-13 15:53:02
manque de personnel turn over pression des medecins et des cadres agressivité des parents
Anonyme   |2011-10-13 15:52:43
depuis sept je travaille seulecomme ide pour 100rèsidents ds 1hepad ,cest très stressant
Anonyme   |2011-10-13 15:52:29
je travaille en ehpad et le w-e je suis seule pour 2 services qui font en tout 50 lits je précide que je suis en 12h soit 7h/19h
Anonyme   |2011-10-13 15:52:16
manque de personnel dans les services de soin. on nous en demande de + en + meme si on est pas en nombre et nous respecte de - en-. pour le medecin c est le patient avant tout, je suis d accord mais nous en tant que personnel on ne respecte pas notre rythme de vie on a l impression d appartenir a l hopital ou on travaille
Anonyme   |2011-10-13 15:52:04
ide de nuit beaucoup de difficultées avec le sommeil de jour,retour de repos plus tot que prevu pas de reconnaissance du travail acompli gros probleme pour avoir nos congés ce qui agrave le stress
Anonyme   |2011-10-13 15:51:52
Manque de personnels, planning difficile gerer car on les obtient de semaines en semaines a cause du manque de personnel, l'administration ne trouve personne, +120 heures irrecuperables.
Anonyme   |2011-10-13 15:51:39
stress lié a la mauvaise concertation des " partenaires médicaux " des patients nous reviennent des services sans aucunes informations sur leur patho, leur état physique et moral, les médecins ne nous disent rien non plus, le manque de matériel pour réaliser les soins qui nous sont demandés sans précisions. les libéraux sont pourtant de vrais professionnels, avec de véritables compétences, mais qui exercent avec des moyens minimaux. trop considéré comme de" sous infirmier" par leurs homologues.et pour des supermans par les patients. sensation d'étre les " mc Gyver " des soins ,faire un max avec un minimum !
Anonyme   |2011-10-13 15:51:20
pas de médecin dans le service, gestion compliquée de tous les intervenants, administratif de plus en plus lourd, cadres absents, manque de personnel, rappel sur les jours de repos...
Anonyme   |2011-10-13 15:50:57
sous effectif depuis 2004,stress,fatiguabilité.Pression,gel de note,profession dévalorisée.
Anonyme   |2011-10-13 15:50:45
TRES DIFFICILE DE TRAVAILLER DANS UN HOPITAL OU LES CONDITIONS DE TRAVAIL SONT MEDIOCRES MANQUE DE PERSONNEL MATERIEL ORGANISATION ...
Anonyme   |2011-10-13 15:50:29
médecin non disponible, prescriptions par téléphone, médecin absent, cadre infirmier nouvellement nommée par ancieneté
Anonyme   |2011-10-13 15:45:52
le plus difficile est le contact permanent avec la souffrance, la maladie mais aussi la mort. Les attentes de plus en plus pointus des patients.
Anonyme   |2011-10-13 15:45:39
bonjour J'arrive à la fin de mon congé parental et je stresse à l'idée de reprendre le service(chir cardiaque).j'ai l'impression d'avoir perdu mes connaissances pratiques et théoriques.
Anonyme   |2011-10-13 15:45:25
Le stress au travail est occasionné par les conflits permanents avec le corps médical qui ne veut pas comprendre que l'IBODE a des devoirs et des responsabilités envers le patients, donc qu'elle refuse de faire n'importe quoi.
Anonyme   |2011-10-13 15:45:10
stress professionnel retentit sur stress sur le plan personnel
Anonyme   |2011-10-13 15:44:55
bone corage
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 03-10-2011 )
 
< Précédent   Suivant >

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/