S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

La Scientologie en guerre contre la psychiatrie

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Lyon Capitale   
26-07-2008

La Scientologie en guerre contre la psychiatrie

Polémique. Vous les avez peut-être croisé cette semaine à la sortie du métro. Les militants de la "Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme" ont posé des tables à pétitions dans la rue pour partir en guerre contre la psychiatrie. Pour les militants de cette association, en réalité proche de la Scientologie, les psychiatres sont engagés dans "un complot international, avec l'industrie du médicament, pour forcer les gens à avaler des médicaments qui provoquent un esprit criminel", comme l'explique Jean-Paul Blanc, président de la CCDH sur Lyon… Ils accusent aussi la psychiatrie d'une multitude d'abus et s'en prennent violemment à certaines pratiques médicales, comme les électrochocs. Le président du Groupement des Psychiatres Libéraux Rhône-Alpes, Max Lafont, leur répond. Entretien.

LyonCapitale : Selon la CCDH, les électrochocs constituent un danger pour le patient atteint d'une maladie mentale, avec des conséquences irréversibles. Ont-ils raison de dénoncer cette pratique ?

Max Lafont : Il y a eu plusieurs phases dans l'histoire. Aujourd'hui, la communauté des psychiatres a scerné que la sismothérapie (traitement par électrochocs, NDLR) était efficace contre les troubles de l'humeur. Ceux qui la pratiquent, utilisent l'anesthésie. Aussi, la décharge électrique n'est plus utilisée sur les deux lobes du cerveau mais sur un hémi-cerveau car les conséquenes pouvaient être des troubles du cerveau, réversibles avec le temps. La pratique est efficace mais la sismothérapie doit se faire avec des indications précises et une surveillance sérieuse. J'ai une patiente qui était atteinte de troubles de l'humeur et du sommeil. Je ne savais plus quel traitement lui donner. Elle a demandé à aller en clinique et on lui a proposé deux séries de plusieurs chocs. En sortant, je dois reconnaître qu'elle allait très mal, j'étais inquiet... Mais après une période de deux à trois mois, elle a totalement changé avec la disparition des symptômes. Je ne peux pas faire une corrélation scientifique absolue entre le passage en clinique et sa transformation mais il y a un lien. Comme beaucoup de psychiatres, je reste humble et circonspect sur la sismothérapie.

Concernant les antidépresseurs, selon l'association, ceux-ci attaqueraient le cerveau entraînant la dégénérescence des neurones, le transfert entre neurones ne se feraient plus, à la manière d'une lobotomie chimique...

C'est un raccourci très simpliste et faux... Déjà, il y a plusieurs sortes d'antidépresseurs qui agissent sur la sérotonine et d'autres neurotransmetteurs. Certaines recherches prouvent justement que les antidépresseurs ont des effets neuroprotecteurs. Je prends l'exemple du lithium qui n'est pas un antidépresseur mais qui agit également dans la neuroprotection. A forte dose, le lithium est toxique, et son maniement est complexe mais les recherches les plus récentes montrent que c'est un probable neuroprotecteur qui sera certainement administré plus tard dans les maladies dégénératives telle que la maladie d''Alzheimer.

D'après l'association, la psychiatrie guérirait seulement 1% des cas...

Là où je serais peut-être d'accord avec l'association, c'est qu'on est en déficit de bonnes évaluations et de statistiques. Mais on est à un pourcentage bien plus élevé que 1% ! On a des résultats et cela mérite d'aller encore plus loin. La psychiatrie a encore beaucoup de progrès à faire. On a une meilleure connaissance sur les troubles bipolaires qui se guérissent plutôt bien. Les antidépresseurs et la neuroclinique, comme avec le lithium, sont efficaces. La plupart du temps ça marche mais il faut associer la chimiothérapie avec une psychothérapie plus ou moins importante selon les troubles névrotiques. Il faut soigner dans le soutien et la régularité pendant une longue période. Généralement, on a affaire à des maladies à vie que l'on arrive tout de même à stabiliser. Certains patient atteints de troubles viennent me voir une à deux fois par an et sont "biens" depuis vingt ans.

Bastien Gouly, Lyon Capitale 25 juillet 2008

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
Close

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/