S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Les infirmières sont incitées à travailler au-delà de 55 ans

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Le Monde   
26-01-2010

L'espoir est déçu. Alors que, depuis des années, les infirmières réclamaient une revalorisation de leur statut, le gouvernement leur a annoncé, en décembre 2009, la reconnaissance de leur niveau bac + 3, et leur intégration dans la catégorie A de la fonction publique hospitalière.

Si elles pourront progressivement gagner plus d'ici à 2015, il leur faudra en revanche renoncer à leur droit à la retraite à 55 ans, octroyé au titre de la pénibilité. Les infirmières devront choisir individuellement entre catégorie B ou A. Les syndicats, qui examinent le projet d'accord et devraient être prochainement reçus par le ministère de la santé, dénoncent "un chantage" et la faiblesse des augmentations.

L'idée est de rendre la profession plus attractive, et d'inciter les plus âgées à poursuivre leur activité alors que la moitié des infirmières devraient partir à la retraite d'ici à 2015, ce qui posera des problèmes d'effectifs. Mais il n'est pas dit qu'elles changeront en bloc de catégorie. Les conditions de travail, jugées de plus en plus épuisantes, les font hésiter.

Régine Wagner, 49 ans, travaille aux urgences dans un hôpital du sud de la France. Selon ses calculs, si elle passe en catégorie A, elle pourrait gagner 23 euros de plus par mois dès décembre (et 90 en 2015), contre 4 euros si elle reste en catégorie B. "C'est un dilemme, car les conditions de travail sont devenues monstrueuses. Le problème, c'est que je ne suis pas sûre qu'à 60 ans je pourrai tenir le rythme", confie-t-elle. Elle devrait peut-être alors chercher un autre poste, sans garantie, car "les postes allégés, il y en a de moins en moins".

Alain Morcq, 53 ans, ne semble pas hostile à changer de catégorie, mais n'a pas encore pris sa décision. "Certes, une revalorisation salariale peut être attractive, mais ce qui compte le plus, c'est l'amélioration des conditions de travail", estime ce Marseillais. Sa femme aussi est infirmière. "Si l'un de nous deux doit opter pour la catégorie A, ce sera moi", parce qu'après avoir été "lessivé" par dix-huit ans de travail en réanimation, il est désormais dans un service plus tranquille. Pas son épouse.

Véronique Vonin, 50 ans, dont vingt passés la nuit aux urgences, à Montbéliard (Doubs), est déçue. "Nous offrir des miettes, c'est se moquer de nous et cela ne suffira pas à rendre le métier attractif", dit-elle, s'alarmant de voir un "système de santé qui se dégrade" et des départs "pour le privé, l'intérim, l'exercice libéral ou la Suisse voisine". Elle attend la fin des négociations pour trancher. "A priori, je n'aurai rien à gagner en catégorie A. Je veux partir le plus vite possible, c'est-à-dire quand j'aurais mes annuités, soit à 56 ou 57 ans."

Laurence Pracht, 37 ans, également infirmière à Montbéliard, estime que "cette reconnaissance du niveau bac + 3 est une injustice qu'il fallait réparer". Elle gagne 1 677 euros brut, hors primes. "Si c'est pour gagner quelques euros supplémentaires, je ne travaillerai pas cinq ans de plus, lâche-t-elle. Mes collègues parties à 55 ans, je ne les aurais pas vues tenir plus longtemps." Selon Laurence, même les jeunes, pour lesquelles la retraite est pourtant une perspective lointaine, se disent sceptiques.

Andrée Breton, 54 ans, ne veut pas partir "tout de suite", mais cette infirmière en psychiatrie à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) n'est pas sûre de vouloir rester jusqu'à 60 ans. Ce qui fait hésiter celle qui s'est battue avec la Coordination nationale infirmière pour une reconnaissance de la profession ? La "souffrance au travail", due entre autres à l'agressivité qui sévit dans les hôpitaux. "Nous manquons tellement de personnel que nous n'avons du temps que pour les soins et plus pour les patients."

BFM - Flash Actu

La Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public Profession banquier, Vocation solidarité La Banque Fédérale Mutualiste (BFM) est la Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public. En créant la BFM, des mutuelles de la Fonction publique ont eu l'ambition de créer une banque citoyenne, conjuguant valeurs mutualistes et services bancaires performants. Depuis plus de 20 ans, la BFM distribue son offre bancaire via le réseau de la Société Générale, comptant plus de 2 200 agences. Les personnels de la Fonction publique et du Service public accèdent ainsi à une offre dédiée en matière de prêt et d'épargne, assortis de conditions tarifaires préférentielles. Aujourd’hui, ce sont ainsi près de 800 000 clients qui bénéficient quotidiennement des prestations BFM, complémentaires de l'offre Société Générale. Avantages du compte BFM : → Le Service Bienvenue : prise en charge gratuite des démarches de changement de domiciliation bancaire. Devenir client BFM, c’est simple…on s’occupe de tout ! → Remboursement des frais de transfert(1) de vos comptes (épargne et/ou titres) détenus dans votre banque d’origine. → Un numéro de compte bancaire toujours identique, même si vous changez d’agence. Pratique en cas de déménagement ! → Un conseiller dédié BFM, pour un accueil et un suivi personnalisé en agence. → Votre banque à distance via Internet, Internet mobile, téléphone, SMS… (1) Dans la limite de 100 € pour l’ensemble des comptes transférés. Voir conditions en agence Société Générale. Prêt personnel « BFM Liberté » Avec les prêts personnels BFM Liberté(1), dîtes oui à toutes vos envies ! Des taux à partir de 4,40% T.E.G.(3) hors assurance D.I.T.(2) facultative Un concentré d'avantages financiers → Taux fixe avantageux parmi les plus bas du marché (voir le barème). → Aucuns frais de dossier ou de gestion. → Assurance DIT(2) négociée au meilleur taux auprès de CNP Assurances : 0,28 % sur capital initial. → Prêt jusqu’à 8 ans. En totale liberté → Vous déterminez le montant et la durée du prêt en fonction de vos besoins. → Liberté d'utilisation de votre prêt. → Possibilité de franchise partielle de 3 mois, remboursement du capital à partir du 4ème mois. C’est également le produit idéal pour regrouper vos crédits (baisse de vos remboursements mensuels, meilleur taux, meilleure répartition de la durée de vos engagements). Exemple : Pour un prêt de 2 000 € sur 12 mois, vous remboursez 170,77 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 49,24 € pour un TEG annuel fixe de 4,40%. (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,47 €) (1) Prêt personnel non affecté consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur (Société Coopérative de Banque au capital de 66.707.892 EUR. RCS Créteil B 326 127 784. Siège :1, place des Marseillais - 94227 Charenton-le-Pont Cedex ) et d'être titulaire d'un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale (S.A. au capital de 725 909 055 euros - Siège social : 29, boulevard Haussmann – 75009 Paris - 552 120 222 RCS Paris). Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d'acceptation de l'offre de prêt, pour y renoncer. (2) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros. Contrat d’assurance Groupe - Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie et Incapacité Totale de Travail – souscrit par la BFM en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 804 13 72) auprès de CNP Assurances, société régie par le Code des Assurances et MFPrévoyance, union de mutuelles soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité. Ce contrat est présenté par la Société Générale en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 702 24 93) (3) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d'une durée de remboursement comprise entre 6 et 12 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d'une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. Livret d’épargne « BFM Avenir » La Banque Fédérale Mutualiste propose un livret d’épargne original : le Livret BFM Avenir qui associe une épargne performante et la possibilité de bénéficier d’un prêt à la consommation à taux décoté. Accessible à partir de 10 € de dépôts, le Livret BFM Avenir offre une rémunération de 3%(1), pour les 3 000 premiers euros versés. Au-delà de ce montant, et sans plafond sur les dépôts, le taux du livret BFM Avenir est de 2,55%(1) brut. Le Livret BFM Avenir permet de solliciter, sous conditions, un prêt personnel, sans frais de dossier, à taux avantageux à partir d’un certain montant d’intérêt acquis (voir conditions sur le site www.bfm.fr). (1) Taux nominaux annuels bruts, en vigueur au 16/02/2009 susceptibles de variation. Intérêts soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire forfaitaire et aux prélèvements sociaux. Offre dédiée aux moins de 35 ans « BFM Energie » Parce que vous voulez des services qui vous ressemblent, la BFM a développé une offre spécifique pour les moins de 35 ans : → Des offres de bienvenue : o 20 €(1) offerts à l’ouverture de votre compte BFM à la Société Générale. o 10 €(2) offerts à l’ouverture de chacune des solutions d’épargne proposées par la BFM et la Société Générale : Livret BFM Avenir, Livret A, LEP et LDD + 10 €(2) en cas de mise en place simultanée du service de virement programmé Déclic BFM. → 50 % de réduction sur les 2 premières années de cotisations sur de nombreux produits (Jazz, Piano, Messalia…) Prêt Spécial Démarrage(3) à un taux très attractif (à partir de 3,85% TEG.(4) hors assurance D.I.T.(5) facultative) pour financer tous vos projets (hors immobilier) : achat d’un véhicule, équipement, travaux, vacances… Exemple : Pour un prêt de 3 000 € sur 24 mois, vous remboursez 123,99 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 119,76 € pour un TEG annuel fixe de 3,85% (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,70 €) → Pour votre logement, profitez des solutions Pack Install’ : o Location : avance du dépôt de garantie + la banque se porte caution(6) pour vous auprès du bailleur. o Acquisition : prêts immobiliers avec prise en charge des frais de dossier(6) par BFM, cautionnement du prêt par votre mutuelle(6) et assurance emprunteur attractive. (1) Prime non cumulable avec d’autres offres Société Générale. • (2) Dans le cadre d’une entrée en relation. • (3) Prêt personnel consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur et d'être titulaire d'un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale. Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d'acceptation de l'offre de prêt, pour y renoncer. (4) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d'une durée de remboursement comprise entre 6 et 24 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d'une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. (5) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros (6) Voir conditions en Agence. Solutions immobilières Bénéficiez des taux de prêt avantageux de la Société Générale, d’un taux d’assurance préférentiel négocié par la BFM auprès de CNP Assurances et de la possibilité de faire cautionner votre prêt par votre mutuelle(1) Et si vous avez moins de 35 ans, vous bénéficiez de l’offre Pack Install’ dont la prise en charge des frais de dossier(1) sur votre prêt immobilier Société Générale. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.bfm.fr. (1) Voir conditions et liste des mutuelles « caution » en Agence.
Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
SZUCS FLORENCE  - calcul de la retraite   |2010-11-30 14:04:13
comment pouvez faire un calcul de retraite avec le passage en A aucun logiciel n'est disponible toutes les informations officielles n'ont été prononcées; j'attends des infos et de toute façon patiemment jusqu'au 30 03 2011.
diplomé de 1981
carriere hospitaliere

FLO
STEED  - m   |2010-11-30 19:01:40
Vous me faites vraiment rire, vous êtes en train de faire vos petits calculs et rien ne vous dérange, on vous manipule comme des pions et votre seule inquiétude est le passage en catégorie A. Cette conne de BACHELOT vous a promis une réelle revalorisation (2500?/ ans correspondant à un treiziéme mois, je ne savais qu'une infirmiere gagnait 2500?/mois c'est plutôt 1600?, propos tenus au mois de décembre 2009) et depuis plus rien pas une augmentation, vos conditions de travail inchangées et aujourd'hui votre seule question est qu'est ce que je dois faire, je passe en catégorie a ou je reste en catégorie b et toi qu'est ce que tu vas faire? On embauche que des connes chez les infirmiéres?
arzel patrick  - reculade sociale   |2010-01-26 23:19:09
Dans le calcul du montant de la retraite plus que le montant cotisé ce sont les années validées qui comptent en terme de décote, avec la réforme finit la bonification d'une année pour 10 ans travaillés. Donc pour la majorité des collègues qui se sentent épuisés plus par le système(informatique, accréditation etc) que par les patients la possibilité de partir a 55 ans est une option, une soupape qui n'existera plus...quand on sait que la durée moyenne de travail d'un (e) infirmier(e) à l'hôpital est de 20 ans !
Kija   |2010-01-27 10:01:50
Si vous vous amusez à calculer votre retraite vous verrez que vous perdez au moins une centaine d'euros par mois en demandant votre passage en Catégorie A.
N'étant plus considéré comme actif vous perdez 12 trimestres. Ce qui vous oblige de travaillez 3 ans de plus pour avoir la même retraite qu'en catégorie B active.
SYLVIE GUERINEAU  - vivement la retraite à 55 ans   |2010-01-26 19:30:45
je désire partir à 55 ans , une retraite espérée depuis quelques années et maintenant on nous demande d'en faire encore plus.le fait que le LMD soit mis en place ne fais pas notre profession plus facile, la pénibilité est toujours là, elle est de pire en pire, on nous en demande toujours de plus en plus, l'informatique s'insinue dans nos taches nous donnant de moins en moins de temps pour les patients, de plus en plus de responsabilité; toujours plus de travail, toujours plus d'heures,et tout celà pour une retraite de plus en plus basse; mais ou allons ou? Sylvie
Nathy  - Ne pas céder au chantage!!!   |2010-07-31 15:08:12
Je conseille fortement à toutes les personnes qui,si financièrement le peuvent,de partir en catégorie B puisqu'il est évident que ces nouvelles réformes ne retirerons ni la pénibilité ni nos conditions de travail parfois infernales .Certes le passage en catégorie A nous permettrait de gagner plus mais encore insuffisamment par rapport aux promesses effectuées lors de la campagne politique de 2007 par Monsieur le Président!(1000 euros en plus en fin de carrière) mais pour obtenir ces substantielles augmentations de salaire,il faudra travailler 3 années de plus jusque 60 ans et peut-être plus (en 2018 certainement obligation d'aller jusque 62 ans).Sachant que beaucoup de maladies ou affections chroniques se développent entre 55 et 65 ans (cancers artrose lumbagos hernie discale etc... ,il ne sera pas évident pour toutes les personnes d'assurer un travail correct et efficace.Madame Bachelot devrait venir constater sur le terrain des hôpitaux plutôt que sur le terrain de foot.Donc pour toutes ces raisons,j'invite les collègues à ne pas céder à ce chantage du gouvernement qui nous prend ni plus ni moins pour des imbéciles que nous ne sommes pas!! Ne pas oublier que financièrement nous pouvons faire queques jours d'intérim pour combler le départ en retraite et ne pas aller travailler à reculons des années entières à des cadenses impossibles et en moins bonne santé.
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
Close

Vous consultez les archives du site de la Coordination Nationnale Infirmière. Certaines ressources ne sont peut être pas accessibles.
Veuillez nous excuser des problèmes que vous pourrez rencontrer lors de votre visite.
Nous vous invitons à consulter le site actuel en cliquant sur le lien suivant : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/